Les StatutsLes OrganesLa RenaissanceNos ProjetsAdhesionForumContacts





LES STATUTS DU MIRAU


Préambule
Statuts
  1. CONSTITUTION
  2. OBJET
  3. MOYENS D’ACTION
  4. ADMISSION ET STATUT DES MEMBRES
  5. DISPOSITIONS DISCIPLINAIRES
  6. STRUCTURES
  7. ORGANES
    1. Section 1 : ORGANES CENTRAUX
    2. Section 2 : ORGANES DE BASE
  8. LES RESSOURCES DU MIRAU
  9. DEMISSION ET FAUTE GRAVE
  10. REVISION DES STATUTS
  11. DISSOLUTION DU MIRAU
  12. REGLEMENT INTERIEUR


PREAMBULE

Prenant acte :

  1. De l’histoire du peuple africain et de sa situation actuelle dans le monde;
  2. De la richesse du continent de par sa diversité, de par ses ressources;
  3. Du fait que le continent est constitué de micro Etats;
  4. Des conflits de nature multiforme, de la corruption et de la mauvaise gouvernance qui se perpétuent dans le continent;
  5. Du déficit en matière d’éducation et de formation dans notre continent;

Conscients du fait que :

  1. Les échanges économiques inter ou extra africains restent marginaux malgré notre richesse et notre histoire ;
  2. L’existence de ces micros Etats, frein à l’union, constitue un handicap quand au poids ou à la place de l’Afrique sur l’échiquier mondial ;
  3. L’existence de ces micros Etats est source de conflits dont la principale victime est le peuple africain ;
  4. Le peuple, dont l’aspiration au progrès et à la bonne gouvernance se trouve retardée, est encore utilisé comme bouclier protecteur sous base tribale, ethnique ou religieuse;
  5. De tout temps, les acteurs pour cette prise de conscience du peuple africain ont été éliminés, torturés, diabolisés, isolés ou corrompus;
  6. Le combat pour l’émancipation politico-économique de l’Afrique sera rendue difficile par cette situation complexe du continent ;
  7. Les efforts allant dans le sens de notre souveraineté seront vains s’ils n’ont pas l’appui et l’impulsion du peuple et notamment de sa jeunesse;

Nous avons décidé :

  1. Nous africains, nous jeunes africains, de nous réunir au sein d’un mouvement fort qui va, en tant que Pan Africaniste, insuffler de façon synergique la dynamique de l’unité africaine, voix inéluctable vers la libération de nos peuples.
  2. Que ce mouvement soit celui d’une jeunesse africaine qui s’oriente vers la renaissance africaine :
  3. Une renaissance, pour lancer un appel à l’unification véritable de l’Afrique.
  4. Une renaissance, pour faire la promotion d’un africain nouveau, juste, équitable, au service de son peuple sans considération des frontières artificielles et militant pour la bonne gouvernance.
  5. Que cette renaissance, noble, se mène de façon multiforme, structurée et sans relÂche.
    C’est en cela que la naissance du Mouvement International pour la Renaissance d’une Afrique Unie (MIRAU) s’est imposée à nous.
  6. Estimant qu’il n’y a pas de compromis possible qu’avec le progrès et la bonne gouvernance, le MIRAU, entend mener sans compromis son devoir pour favoriser la construction d’une Afrique stable et durable.
  7. Nous approuvons et adoptons les présents statuts dont le préambule est une partie intégrante.


STATUTS

CHAPITRE I : CONSTITUTION

haut de page
Article 1
Il est crée, conformément aux dispositions de l’article 5 de la loi du premier juillet 1901 et de l’article premier de son décret d’application du 16 aoùt 1901, une organisation internationale, dénommée, Mouvement International pour la Renaissance d’une Afrique Unie (MIRAU).
Article 2
Le mouvement est symbolisé par la carte de l’Afrique, en couleur "or", à l’intérieur d’un cercle "vert", le tout entouré aux deux tiers d’une bande "noire", complétée par le sigle MIRAU "en rouge" suivi d’une étoile "or", à cinq branches, symbole de la renaissance d’une Afrique une et indivisible.
Article 3
Son siège est fixé à PARIS, cependant, il peut être transféré si les conditions l’exigent et après constat de l’assemblée générale extraordinaire.

CHAPITRE II : OBJET

haut de page
Article 4
Le MIRAU est une organisation autonome, qui n’est rattachée à aucune organisation politique, religieuse, sectaire ou à un autre type de regroupement. Toutefois, il se réserve le droit de collaboration momentanée avec toutes organisations ou structures poursuivant les mêmes buts que lui. Le MIRAU se réserve le droit de se prononcer sur toutes les questions touchant directement ou indirectement aux intérêts du peuple africain ( de sa jeunesse, de ses travailleurs, de ses femmes, de sa diaspora etc.), ainsi que sur toutes questions d’intérêt international.
Article 5
Le MIRAU se donne pour objectifs :
  1. d’œuvrer de manière résolue, constante et multiforme pour la création et l’avènement de l’unité africaine.
  2. de stigmatiser et de lutter contre tous les éléments de pesanteur qui s’opposeraient ou retarderaient cette unité.
  3. de sensibiliser, de former et d’élever le niveau de conscience politique de la jeunesse et des masses exploitées.
  4. de former et d’éduquer la jeunesse africaine afin que naisse un africain nouveau, fier de son africanité, qui combat la facilité et l’injustice sous toutes ses formes, qui a le sens du travail, du combat et du sacrifice au service de son peuple, au lieu de se servir de ce dernier à des fins individuelles ou de groupes.
  5. de reconnaître et d’encourager, toutes les actions allant dans le sens de la démocratie et de la libération du peuple africain, mais aussi, de dénoncer toutes les violations des droits de l’homme en Afrique et partout dans le monde.
  6. de veiller à la transparence dans la gestion de la chose publique et de lutter contre toutes formes de corruption.
  7. d’œuvrer pour l’avènement d’une société africaine, laïque et démocratique, qui garantisse l’égalité des chances, et qui combat toute forme d’exclusion, d’ostracisme, de tribalisme, de xénophobie et toutes autres formes d’extrémisme.
  8. de lutter contre l’assimilation et l’acculturation du peuple africain par la stimulation d’une prise de conscience de l’identité culturelle africaine qui a valeur et droit d’exister.
  9. d’œuvrer pour la préservation de l’écosystème et l’équilibre écologique en Afrique.
  10. de briser les frontières traditionnelles entre les Etats africains.
  11. de développer la solidarité entre africains et la solidarité internationale dans l’égalité et le respect de chaque peuple, ce qui favorise la tolérance et la paix dans le monde.
Article 6
Le MIRAU est un mouvement démocratique qui ne s’oppose à aucune organisation poursuivant les mêmes buts que lui. Le MIRAU est favorable à l’unité d’action des organisations pan-africanistes et à l’intégration des Etats africains.

CHAPITRE III : MOYENS D’ACTION

haut de page
Article 7
Le MIRAU est une organisation qui prône l’usage de moyens légaux et démocratiques. Les moyens d’action, qu’il revendique, doivent confirmer ses principes. Même s’il estime que les moyens démocratiques ne sont valables que dans un contexte démocratique ; le MIRAU, conformément à sa ligne de conduite, se réserve le droit d’user de tous les moyens démocratiques humainement possibles, pour faire aboutir ses objectifs.

CHAPITRE IV : ADMISSION ET STATUT DES MEMBRES

Article 8
Le MIRAU, dans la réalisation de ses objectifs, prévoit des déclarations, des affiches d’informations, des séminaires, des meetings, des débats, des assemblées générales, des réunions techniques, des marches, des activités récréatives, des activités socioculturelles.
Article 9
Peut être membre toute personne qui adhère à ses présents statuts ou toute organisation poursuivant les mêmes buts que le MIRAU. L’adhérent devra faire une demande qui devra faire l’objet d’une acceptation préalable de la section de base dont il souhaite être membre.
Article 10
Est membre actif, tout adhérent qui ne se dérobe des obligations liées à sa qualité de membre.
Article 11
Les organisations membres du MIRAU gèlent toutes leurs activités au sein de l’organisation.

CHAPITRE V : DISPOSITIONS DISCIPLINAIRES

haut de page
Article 12
Tout membre est tenu de respecter la hiérarchie de l’organisation, et les obligations et engagements liés à ses statuts.
Article 13
Tout manquement aux obligations entraîne des sanctions disciplinaires dont la nature et les modalités d’applications sont précisées par le règlement intérieur des présents statuts.

CHAPITRE VI : STRUCTURES

Article 14
Le MIRAU est constitué d’un congrès, d’une convention, d’une assemblée générale (A G), d’un secrétariat exécutif international (SEI), d’un conseil d’administration international (CAI), d’un commissariat aux comptes international CCI), de bureaux de coordinations sous régionales(BCSR) ; d’organes nationaux que sont les secrétariats exécutifs nationaux (SEN), les coordinations départementales(CD), et les sections ; et de bureaux de la diaspora, dont la structure est copiée sur celle des organes nationaux.

CHAPITRE VII : ORGANES

haut de page
SECTION 1 : ORGANES CENTRAUX
A. LE CONGRES
Article 15
Le congrès est l’organe suprême de l’organisation, il se tient tous les deux ans. Toutefois, la possibilité de convoquer un congrès extraordinaire est prévue. Il définit les grandes orientations de l’organisation.

B. LA CONVENTION
Article 16
La convention est l’organe intermédiaire entre deux congres pour plancher sur le bilan partiel et réajuster la ligne de l’organisation. La convention est compétente pour régler tous les problèmes que connaît l’organisation. Un vote de censure des 3 /4 des sections au cours de la convention entraîne la démission de l’organe censuré qui est remplacé suite à des élections qui sont organisés à la fin de la convention.

C. L’ASSEMBLEE GENERALE (AG)
haut de page
Article 17
L’assemblée générale est l’organe de décision de l’organisation, elle délibère sur tout sujet et fixe les actions à entreprendre en conformité avec la ligne fixée par le congrès et l’orientation de l’organisation. Il est prévu deux assemblées générales (AG) entre deux conventions, cependant elle peut être convoquée en session extraordinaire.

D. LE SECRETARIAT EXECUTIF INTERNATIONAL (SEI)
haut de page
Article 18
C’est l’organe exécutif du MIRAU. Il est le garant de la ligne de conduite de l’organisation. Il est responsable devant le congrès. Il este en justice au nom de l’organisation.
Article 19
La liste des membres du secrétariat international est élue au scrutin majoritaire à deux tours au bulletin secret par le congrès pour un mandat de deux ans renouvelable une seule fois. Les membres du SEI sont collectivement responsables.

E. Le CONSEIL D’ADMINISTRATION INTERNATIONAL (CAI)
Article 20
Le CAI est l’organe de contrôle et de gestion des ressources humaines et administratives.
Article 21
Le conseil d’administration est dirigé par un organe exécutif dénommé BCAI.
Article 22
Les membres du BCAI sont élus par le congrès au scrutin majoritaire à deux tours au bulletin secret. Leur mandat est de deux ans renouvelable une seule fois. Ils sont au nombre de trois.
Article 23
Le BCAI est l’organe qui assure le contrôle administratif et politique du SEI. Il supervise le travail du SEI. Il est le garant des statuts et du règlement intérieur.

F. LE COMMISSARIAT AUX COMPTES INTERNATIONAL (CCI)
Article 24
Le Commissariat aux Comptes International est l’organe de contrôle de la gestion financière de l’organisation. Il est l’auditeur général de l’organisation. Les secrétariats aux finances des organes lui adressent leurs documents comptables qu’il vérifie et approuve. Les différentes instances de l’organisation disposent chacune d’un CC dont les actions sont coordonnées par le CC I.
Article 25
Les commissaires aux comptes internationaux sont élus au scrutin majoritaire à deux tours au bulletin secret pour deux ans, renouvelables une seule fois. Ils sont au nombre de trois.

SECTION 2 : ORGANES DE BASE
haut de page

A. LA COORDINATION SOUS REGIONALE (CSR)
Article 26
Elle réunit les membres de secrétariats exécutifs nationaux d’une zone donnée pour plancher sur des problèmes de cette zone et leur trouver des solutions. Elle centralise et coordonne les actions inter-états et fixe les objectifs sous régionaux en fonction des orientations du congrès.
Article 27

B. LES ORGANES NATIONAUX (ON)
haut de page

       a- SECRETARIAT EXECUTIF NATIONAL (SEN)
LE BCASR c’est le bureau du conseil d’administration au niveau d’une sous région. LE CCSR c’est le comité de contrôle au niveau d’une sous région
Article 28
Le SEN est l’organe central au niveau d’un pays donné. Il a la même structure que le SEI. Chaque structure nationale dispose d’organes de contrôle que sont BCAN et CCN.

       b- LES COORDINATIONS DEPARTEMENTALES (CD)
Article 29
La coordination départementale coordonne les actions des sections en collaboration avec le SEN. Il est composé de secrétaires de section.

      c- LES SECTIONS
Article 30
Les sections constituent les organes de base dans les universités et les grandes écoles, dans les quartiers des villes et des villages, dans les lycées, etc.

C. LES BUREAUX DE LA DIASPORA
haut de page
Article 31
Ayant la même structuration que les organes nationaux, les bureaux de la diaspora, sont composés de secrétariats exécutifs de la diaspora (SEDIA), de coordinations de la diaspora (CDIA), et de sections de la diaspora (SDIA). Les bureaux de la diaspora et organes nationaux, ont les mêmes pouvoirs et obligations.

CHAPITRE VIII : LES RESSOURCES DU MIRAU

haut de page
Article 32
Les ressources du MIRAU sont constituées pour l’essentiel des droits d’adhésion, des cotisations, de la vente de gadgets, des ventes de son organe d’information. Des subventions, des dons et legs peuvent être acceptés dès lors que ceux-ci ne sont pas l’objet d’un marchandage qui porte atteinte à l’autonomie de l’organisation.
Article 33
Le taux de cotisations et le montant de frais d’adhésion sont fixés par le congrès international.
Article 34
Les fonds du MIRAU sont déposés dans une banque agréée par le congrès. L’encaisse disponible est fixée par l’assemblée générale.
Article 35 haut de page
Le retrait à la banque devra être justifié et comporter la signature du secrétaire international en exercice et du secrétaire aux finances. En cas d’empêchement de l’un d’entre eux, il peut être remplacé par son adjoint.

CHAPITRE IX : DEMISSION ET FAUTE GRAVE

haut de page
Article 36
Toute démission ou empêchement absolu doit être notifié au BCAI. L’intérim est assuré par l’adjoint immédiat jusqu’à la convention ou le congrès au cours duquel le démissionnaire est remplacé. Le BCAI après avoir entendu le démissionnaire peut accepter sa démission. Au niveau des sections le membre démissionnaire informe sa hiérarchie qui après l’avoir entendu peut l’accepter.
Article 37
En cas de démission collective du secrétariat exécutif international, un congrès extraordinaire est convoqué pour statuer. En cas de démission collective d’un SEN, un congrès national extraordinaire est convoqué pour statuer. En cas de démission d’un membre du SEI, il est remplacé par son adjoint.
Article 38
En cas de faute grave du secrétariat exécutif international, le BCAI saisit les 3 /4 des sections puis convoque un congrès extraordinaire pour statuer. En cas de faute grave d’un membre du secrétariat international détachable de l’action collective, le BCAI est saisi et convoque une assemblée générale extraordinaire qui statue et prend les décisions qui s’imposent. Le congrès en deuxième ressort analyse en tant que recours et est seul habilité à prendre des sanctions de deuxièmes degrés.
Article 39
Toute démission ou empêchement absolu d’un membre du BCAI doit être notifié au secrétariat exécutif international et au conseil d’administration par écrit. L’adjoint assure l’intérim. En cas de démission collective un congrès extraordinaire est convoqué par le SEI pour l’élection du BCAI.
Article 40 haut de page
A la demande des 2 /3 des sections un congrès extraordinaire peut être convoqué pour statuer sur toutes fautes graves d’un membre.

CHAPITRE X : REVISION DES STATUTS

Article 41
Les présents statuts ne peuvent être révisés qu’à la demande des 2/3 des sections ou par le congrès.

CHAPITRE XI : DISSOLUTION DU MIRAU

Article 42
En cas de dissolution du MIRAU, ses biens sont légués à des organisations poursuivant des buts similaires aux siens.

CHAPITRE XII : REGLEMENT INTERIEUR

Article 43
Un règlement intérieur adopté par le congrès arrête les conditions nécessaires à l’exécution des présents statuts.
Article 44
Le règlement intérieur complète les statuts
Article 45
Le règlement intérieur peut être modifié dans les conditions prévues par l’article 37.
Fait à PARIS LE 20 Avril 2002
Modifié à Paris le 21 Janvier 2006
L’Assemblée Générale.
haut de page
Copyright MIRAU, 2002-2015