Les StatutsLes OrganesLa RenaissanceNos ProjetsAdhesionForumContacts







EST-CE QUE LES ETATS AFRICAINS ONT RENDU LA MONNAIE DE SA PIECE A QADAFI ?
La cravate de Président Ndongo Ndiaye achetée à Tripoli

La cravate que Président Ndongo Ndiaye à acheté à Tripoli lors de sa dernière rencontre avec le Guide de la Révolution Libyenne, Muhamar El Qadafi. Un souvenir pour le Guide mais aussi du combat qu’il a toujours mené pour les Etats-Unis d’Afrique.

Evidemment, il faut revoir les dirigeants africains après l’assassinat du Guide de la Révolution Libyenne qui était le fer de lance du combat pour l’intégration africaine. Les autres présidents se sont tus comme si ce n’était qu’un combat pour Qadafi, et qu’il le faisait pour lui-même. Loin de remplir leurs missions que leurs peuples leur ont confiées : diriger leur pays mais aussi mener le combat pour l’intégration. Donc voila, loin de ce qui doit être leur combat, évidemment ceux sont des présidents sous la main mise de l’occident qui zappent ou sabotent le combat de l’intégration. A l ‘Union Africaine, ils affichent un sourire dents-blancs, mais s’il s’agissait de voter immédiatement les Etats-Unis d’Afriques, ils seraient les premiers à rejeter ce combat.  « Évidemment des présidents qui font honte à l’Afrique et aux africains »

Depuis le 9 septembre 1999 à Syrte, l’Afrique ne dira jamais assez « MERCI A MUHAMAR EL QADAFI ». Pour la vie du continent, Syrte était un tournant : Avant syrte 99, c’était l’Organisation de l’Unité Africaine (OUA) qui menait le combat des indépendances des états africains qui restaient encore sous le joug colonial occidental. A partir de syrte, la vie du continent, le destin du continent, va opérer un virage. Ce n’était plus le cap pour les indépendances « indépendances acquises » mais de se tourner vers l’intégration africaine, une intégration réelle. Le Guide s’était toujours donné pour ce combat. Du Nord au Sud, d’Est en Ouest, il a faits des voyages, sillonner l’Afrique, rencontrer, financer, même payer la dette de certains Etats qui ne pouvaient pas payer au niveau de l’OUA afin de leur permettre de venir participer activement à la rencontre de Syrte, tout ça aussi, il l’a fait pour les peuples africains.

Est-ce que les africains, je veux dire les présidents africains, ont-ils rendu la monnaie de sa pièce à Qadafi ? Pour certains, oui, pour d’autres évidemment, le souffle de l’occident, la main mise de l’occident dans les affaire de certains pays, fait que ces dirigeants « néocolonisés » ne veulent pas être libres pour décider du destin du continent.

Copyright MIRAU, 2002-2015